UNE DOUBLE PEINE SPORTIVE ET ÉQUITABLE !!

Bon nombres de situations identiques à celle vécue lors de la finale de la Coupe de la Ligue défrayent la chronique régulièrement tant dans le championnat de Ligue 1 que dans les championnats étrangers. Selon les observateurs, cette décision arbitrale devient la double peine, voire la triple peine !

De quoi s’agit-il ? Au regard des lois du jeu, [annihiler une occasion de but manifeste d’un adversaire se dirigeant vers son but en commettant une faute passible d’un coup franc ou d’un coup de pied de réparation] (cf. Lois du jeu – FIFA – Loi 12 fautes & incorrections) doit être sanctionnée de l’exclusion du fautif. Et donc la localisation de la faute sur le terrain peut générer soit un simple coup-franc ou soit provoquer un penalty. C’est ce qui s’est passé au stade de France samedi dernier, permettant au PSG d’ouvrir le score dès la 19ème minute. Laissons ici de côté le bien fondé de l’interprétation de « l’occasion de but manifeste » peut-être inappropriée il y a 48h à Saint Denis, pour apprécier techniquement et avec l’esprit qui convient ce que pourrait être une juste réparation de la faute.

Tous les commentateurs, joueurs et dirigeants sont pour une fois unanimes quant à la suppression de cette peine dite double, et avec une énergie sans temps mort à travers tous les Talk-shows ou autres interviews. « Il faut supprimer cette loi ! » hurlent ils en cœur. Que le joueur à la réflexion moins oxygénée en fin de match à cause de l’effort accompli pendant 90mn voire 120 ne soit pas pertinent dans sa requête, passe encore. Mais que les présidents, entraîneurs et journalistes vocifèrent depuis plusieurs saisons – déjà Barthez avait subi la même expulsion en finale UEFA 2004 face à Valence FC – non seulement sans comprendre le pourquoi de cette disposition de la Loi, mais aussi sans faire la moindre proposition, témoigne d’une facilité très humaine à faire porter le chapeau à l’autre, mais aussi d’un désintérêt total quant aux valeurs de notre sport.

Alors revenons sur la genèse de ce type de situation. Le législateur, en incluant dans le texte cette disposition visant à exclure le joueur qui prive – en commettant une faute – son adversaire de la possibilité manifeste de marquer un but, voulait tout simplement réparer cette injustice. En contrepartie d’un but non marqué, l’équipe fautive jouerait avec un joueur en moins. Et si la faute se situait dans la surface de réparation, compte-tenu d’une probabilité initiale plus élevée de marquer ce but, le coup de pied de réparation (penalty) viendrait réparer les faits. Ainsi aujourd’hui la conjugaison de ces deux objectifs peut se révéler être une double peine au sens le plus pragmatique : jouer en infériorité et encaisser un but ! C’est cela et rien que cela la double peine. Car si on reprend le déroulement de l’action, le penalty accordé mais non converti en but n’est plus une double peine. L’équipe attaquante n’a pas pu marquer le but qui s’offrait à elle, il est cohérent et juste sportivement que l’équipe adverse soit pénalisée par une exclusion.

Comme je l’avais suggéré au président de la LFP, Frédéric Thiriez, après ma fin de carrière, voici quel pourrait être le texte de la Loi 12 dans ces circonstances. « Est passible d’une exclusion tout joueur qui annihile une occasion de but manifeste d’un adversaire se dirigeant vers son but en commettant une faute passible d’un coup franc ou d’un coup de pied de réparation. Dans le cas d’un coup de pied de réparation, l’exclusion n’est prononcée que si le but n’est pas marqué, un avertissement suffira en cas de penalty transformé. » Ainsi, l’arbitre aurait la possibilité de sanctionner techniquement la faute en accordant le coup-franc ou le penalty, puis d’appliquer une mesure dans l’esprit mais réglementaire et comprise de tous. Et pour bien comprendre que ce n’est pas toujours évident de faire évoluer les lois sans chambouler le jeu, dans la situation du penalty repoussé dans le terrain par le gardien de but, signifiant l’expulsion du joueur fautif, il faudra prévoir un arrêt technique du jeu très rapidement pour procéder officiellement à sa sortie.

Seul l’Esprit sportif doit nous guider…c’était mon Credo durant toute ma carrière.